Dossiers du service Inspections
Importante saisie de lapins, rats, souris et autres rongeurs à Ombret
Dossier n°:  12007857      (publié le   04/05/2012)


Bien souvent certaines personnes critiquent notre action sans avoir aucune connaissance du dossier, ou en n'en voyant qu'un aspect particulier. Suite à la saisie du 3 et du 4 mai dernier chez une dame d'Ombret, notre association a été mise en cause par plusieurs personnes et aucun des médias qui ont publié des articles concernant cette double saisie n'a jugé utile de connaître notre avis. Voici donc notre point de vue sur ce dossier.

La SRPA, avec d'autres refuges, a été sollicitée par le SPF bien-être des animaux afin de prendre en charge des animaux d'une personne d'Ombret connue de la SRPA pour trop aimer les animaux. Cette personne est bien connue en effet pour aimer les animaux et leur consacrer sa vie, mais malheureusement elle n'a pas de limites et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle elle ne peut plus adopter d'animaux dans nos refuges depuis 2007.

Ces derniers temps, plusieurs plaintes nous étaient parvenues signalant que les animaux décédaient dans des conditions anormales et un manque de soins important. Le SPF bien-être en a été averti et est descendu sur place pour procéder à un contrôle. La situation était catastrophique.

Plus de 700 animaux ont été dénombrés sur place :

  • Plus de 500 rongeurs (lapins, rats, hamsters, souris, etc.) et furets
  • Près de 80 chiens
  • Près de 30 chats
  • Près de 50 volailles et oiseaux
  • 14 équidés (chevaux, ânes, poneys)
  • 30 moutons et chèvres
  • 2 cochons
  • Un iguane
  • Un boa
  • Des coatis, des ratons laveur, etc.

Nous avons face à nous, ainsi que le dit le SPF dans son communiqué de presse, une personne qui certes aime les animaux mais qui serait aussi une " collectionneuse " : elle ne sait pas s'empêcher d'en prendre et ne veut pas s'en défaire.

Le SPF n'a pas saisi la totalité des animaux. Bien loin de là car la saisie n'a concerné qu'une bonne partie des rongeurs, 28 chats détenus à l'extérieur, 3 chiens, ainsi que toute une série d'animaux dont la détention est strictement règlementée (boa, ratons laveur, coati, iguane, …).

La dame avait laissé sa maison aux chiens et avait érigé dans sa propriété plusieurs grands abris de jardins où s'entassaient tous les autres animaux. S'il est exact qu'une alimentation leur était fournie, ainsi que l'eau, ce n'était vraiment pas le cas pour les soins journaliers et le nettoyage des cages et locaux.

La propriétaire a évoqué un problème de santé que nous ne contestons pas mais vu le nombre d'animaux découverts sur place, il n'est pas possible pour une personne seule, même accompagnée de plusieurs bonnes âmes, de soigner correctement cette ménagerie.

Rappelons que sa propriété contenait plus de 700 animaux dont 500 rongeurs et furets répartis dans plus de 200 cages. Rien que pour nettoyer correctement ces cages, il faudrait une dizaine de minutes tous les jours, soit 33h au total, soit plus de 4 temps-plein … sans parler des soins à donner aux autres animaux.

Les rongeurs saisis ont pour la plupart été euthanasiés sur instructions du SPF. Il n'était en effet pas possible de les accueillir dans un refuge car cela aurait abouti à recréer dans le refuge la situation qui était jugée inadmissible chez la dame. Aucune autre euthanasie n'a été pratiquée.

Le Service Public Fédéral, car c'est bien à lui qu'incombait cette décision, a donc du ordonner la saisie d'une bonne moitié des rongeurs pour diminuer la charge d'entretien et donner à cette dame et son équipe d'amis l'occasion de pouvoir soigner le reste des animaux correctement.

Les cages des rongeurs étaient toutes dans un état d'hygiène déplorable: un lit d'excréments et de litière de plusieurs centimètres tapissait le fond de chaque cage. Le contrôle des naissances était nettement insuffisant.

Il a été imposé par le SPF d'utiliser des cages plus grandes pour permettre un entretien plus rapide et par conséquent plus régulier. La séparation mâles/femelles a aussi été exigée afin d'éviter la prolifération anarchique.

Les constatations du SPF ont mis en évidence divers soucis comme les ongles beaucoup trop longs pour certains lapins, les dents trop longues pour d'autres, des problèmes de gale, des abcès non soignés, un mouton agonisant, plusieurs ovins et caprins ayant des difficultés à se déplacer etc.

Si nous comprenons bien et que nous partageons son désir de sauver des animaux, nous ne pouvons pas admettre qu'ils souffrent d'un tel manque de soins dû à l'énorme quantité d'animaux présents sous le toit de cette personne.

Après que le SPF ait constaté la situation et fait appel à la SRPA et à d'autres refuges, nous avons rempli notre rôle et proposé l'aide nécessaire afin d'améliorer les conditions de vie des animaux qui ont été laissés sur place. Nous avons contacté le bourgmestre afin d'avoir des conteneurs pour évacuer les crasses et déjections, proposé de donner des litières pour les animaux. C'est également nous qui avons insisté auprès des inspecteurs vétérinaires du SPF pour qu'ils ne saisissent pas tous les rongeurs présents car une euthanasie massive s'en serait suivie.

Le SPF a donc pris la décision qui nous semble la meilleure vu les circonstances, c'est-à-dire diminuer considérablement le nombre d'animaux présents pour laisser à cette dame le temps de réagir et de remettre le site en ordre.

La dame devra aussi faire une demande de permis d'environnement (laquelle sera appuyée par le bourgmestre) et se mettre en conformité avec les règlementations concernant l'activité de refuge.

Les chats avec lesquels une attache sentimentale existe seront gardés gratuitement au refuge le temps nécessaire à la réhabilitation de sa chatterie. Ils seront stérilisés et identifiés avant d'être restitués, en accord avec leur propriétaire et le vétérinaire traitant.

Notre but n'est bien évidemment pas de nuire à cette dame, ni d'euthanasier un maximum d'animaux, mais bien de défendre l'intérêt général des animaux. Sans l'intervention du SPF en ce début mai, où en serions-nous arrivés dans quelques semaines ? Assurément le problème n'allait pas se résoudre de lui-même et allait empirer.

Merci à toutes les personnes qui se sont portées à l'aide de cette dame suite à cette saisie. Mais passé le temps de la mobilisation émotionnelle, les animaux seront encore là et auront encore besoin de soins. Nous espérons que cet élan d'aide pourra se muer en une indispensable action en continuité.

De notre côté, en accord avec la dame, nous resterons présents et à son écoute afin de l'aider à rester dans des limites raisonnables.

Fabrice Renard,
Inspecteur,
SRPA asbl




L'enclos des ânes


La dame détenait 89 chiens
seuls 3 ont été saisis
et n'ont pas été euthanasiés !







Les cages débordent
de litière et d'excréments.



Certains animaux exotiques
ont été pris en charge
par des centres spécialisés




    
    
    
    
Aucun équidé, chèvre, mouton ou volaille n'a été saisi.
    
    
    
    
    

    

Aidez votre SRPA à poursuivre ses actions !
   devenez membre de la SRPA         legs testamentaires   
faites un ordre permanent   devenez bénévole (volontaire)