Cali : l’histoire émouvante d’un poney guide d’aveugle

Cali fait partie de la poignée de chevaux miniatures utilisés aux Etats-Unis pour accompagner des aveugles, et il est sans doute le premier à bénéficier des cours d'un institut d'enseignement supérieur.

Trois mois après son arrivée et celle de sa maîtresse Mona, le claquement des sabots dans les couloirs de l'Université d'Etat du Michigan à Lansing continue de susciter la curiosité. Des étudiants stupéfaits prennent l'animal en photo avec leur téléphone portable, et certains demandent à Mona si ce qu'ils voient est bien un cheval. "Parfois je réponds: non, c'est un jouet génial", plaisante-t-elle.

Un comportement exemplaire

L'université abrite un centre, reconnu au niveau international, qui aide les étudiants et les employés handicapés à réaliser leurs ambitions. La présence de la minuscule jument brune à la crinière noire a d'abord suscité des interrogations sur le degré de désordre qu'elle risquait d'engendrer, mais son comportement exemplaire a calmé les inquiétudes, et elle semble bien s'entendre avec Harper, le chien d'aveugle de l'un des camarades de Mona.

Le fait d'avoir ces deux animaux en salle de cours "est un exemple frappant de l'adaptabilité des étudiants et du fait qu'ils peuvent arriver à obtenir ce qu'ils veulent dans la vie", commente Shelley Smithson, la professeur.

Plus cher qu’un chien mais plus fort

Les chevaux miniatures, qui pèsent moins de 45 kilos, ont la taille de gros chiens, mais leur force physique leur permet en plus d'aider des personnes à mobilité réduite à se déplacer. Ils ont aussi une espérance de vie supérieure: ils peuvent travailler pendant une trentaine d'années, contre six à huit ans pour les chiens d'aveugles mais ils sont également plus exigeants en matière de soins et beaucoup plus chers.

Cali lui a offert une vraie vie

Sans Cali, Mona Ramouni, 30 ans, n'aurait sans doute pas pu poursuivre des études qui devraient lui permettre, un jour, de travailler auprès d'enfants handicapés. Et elle n'aurait sans doute jamais quitté la maison de ses parents. "Ma vie est tellement différente", confiait-elle récemment. "A la maison, quel que soit votre âge, les parents vous traitent comme un enfant".

Sept mois d’entraînement

Sept mois plus tard, son entraînement terminé, l'animal prenait pension dans le jardin de la maison familiale à Dearborn dans le Michigan et tout le monde a pris l'habitude de composer avec les sacs de nourriture, le nettoyage du fumier ou l'entretien des sabots de l'animal.

Elle boit même au robinet

Mona et ses parents appréhendaient cependant le déménagement à Lansing. Mais tout s'est bien passé et le poney et sa maîtresse ont trouvé leurs marques dans leur nouvel environnement, après quelques tâtonnements: le jour où Mona a oublié son écuelle d'eau, le poney a dû apprendre à boire au robinet dans les toilettes de l'établissement.

(Source: www.rtlinfo.be)